Lyon en commun organise un atelier d'écriture de délibération métropolitaine

Ce samedi 29 février, en présence de Nathalie Perrin-Gilbert, l'équipe de Lyon en commun 8e organisait le premier atelier d'écriture métropolitain encore jamais organisé. Il s'agissait de coécrire avec les citoyens un texte juridique sur le thème de la protection de l'enfance.

Nous avons eu le plaisir d'accueillir Lyes Louffok (auteur, membre du Conseil National de la Protection de l'Enfance), Mié Kohiyama, journaliste et présidente de l'association Moi Aussi Amnésie et le livret Enfance de la France Insoumise : Sophie Baudry, Viviane Roesch et Mathieu Azcué (candidat tête de liste Lyon en Commun 8e arrondissement et métropole) et co-animateur du livret.

C'est la première fois qu'un atelier des délibérations métropolitaines de la France insoumise a lieu et nous sommes très heureux qu'il ait eu lieu à Lyon. La protection de l'enfance est un sujet majeur pour la métropole, mais qui a été trop longtemps négligé.

L'urgence de la situation nous contraint à réagir.

 

Ce travail collaboratif a généré les propositions suivantes :

  • Créer un conseil des jeunes placés ;
  • Mettre en application la Loi de de 2016 « Projet Pour l’Enfant » grâce à des objectifs éducatifs ;
  • Étendre le contrat jeune majeur jusqu’à 25 ans ;
  • Créer un binôme de référents pour les enfants placés (avec un associatif et un professionnel) ;
  • Mettre en place un accompagnement renforcé des familles d’accueil (Conseil des familles d’accueil) ;
  • Définir clairement la notion de violence sexuelle (travail sur la terminologie) ;
  • Sensibilisation à la notion de consentement (au sein des établissements scolaires : école, collège, lycée) ;
  • Communication renforcée et formation aux violences sexuelles de tous les professionnels (au sens large) intervenant autour de la petite enfance (notamment, sans être exhaustif : les éducateurs, les policiers, les nourrices etc…)
  • Avec un budget formation !
  • Nommer un référent « violences sexuelles » dans chaque établissement scolaire ;
  • Renforcer le dispositif « Parcours garantie jeunes ».

 

Notre engagement est qu'il n'y ait plus aucun enfant à la rue dès la première année de mandat municipal. À la métropole, nous refusons les dotations d'1,8 million d'euros par an, destinés à surveiller les bâtiments vides, votés par l'exécutif LREM, soutenu par le PS. Nous proposons qu'à chaque fois que cela est possible, les bâtiments vacants permettent une mise à l'abri des plus vulnérables.