Lyon en commun dénonce le MONOPOLYON

Un « modèle lyonnais » qui exclut les familles les plus modestes

Le fameux « modèle lyonnais », cher à M. Collomb et M. Kimelfeld, place l'attractivité et le rayonnement au cœur des politiques métropolitaines : course aux classements internationaux, compétition entre les territoires, marketing territorial, tours d'affaires, airbnbisation...

En seulement 10 ans, les prix de l'immobilier ont explosé à la Guillotière (+ 65 %) comme à Gerland (+ 47 %). En votant le plan local d'urbanisme au sein de l'exécutif sortant, le PS et EELV ont malheureusement conforté un modèle de développement à la fois intensif et excluant.

Un contre-modèle pour favoriser une métropole inclusive

 

1 - Nous réviserons les documents de planification urbaine (SCOT/PLUH) pour supprimer l'objectif prioritaire d'attractivité et de rayonnement international qui génère une course folle à la construction (+8000 logements par an sur l'agglomération), induisant densification, urbanisation des terres, envolée des prix de l'immobilier.

 

2 - Nous faciliterons l'accès à la propriété pour les ménages les plus modestes grâce à une politique active d'achats de terrains ou d'immeubles par la collectivité, via un office foncier solidaire chargé de réguler le prix des opérations, de manière à lutter contre la spéculation en proposant des biens immobiliers à un coût raisonné.

3- Nous protégerons les locataires par l'encadrement des loyers, comme le permet la loi ALUR sur les secteurs en tension (voir les exemples de Paris et de Berlin). Cette mesure est d'autant plus importante sur notre arrondissement où les étudiants peinent à se loger à des prix accessibles.

4 - Nous doublerons la production de logements sociaux (de 4000 à 8000 par an sur la métropole) pour viser le seuil des 30% de logements sociaux sur l'agglomération d'ici 2030. Les secteurs en tension, comme le 7e nord, seront privilégiés. L'accent sera mis sur le logement social étudiant, particulièrement déficitaire à Lyon.

5 - La taxation des logements vacants et des logements meublés touristiques (airbnb) sera renforcée pour éviter la spéculation immobilière dans un contexte local de pénurie de logements pour les Lyonnais. Un travail renforcé de détection des logements insalubres sera mené pour lutter contre les marchands de sommeil.