Encadrer les loyers ? Une nécessité !

Vivre en ville coûte de plus en plus cher. En 5 ans, les prix ont augmenté de 26% à Lyon[1], soit plus qu’à Paris. Lyon est passé devant Bordeaux et est devenu la première ville de province à avoir des prix de l’immobilier aussi haut. Les effets sont multiples, les familles quittent les arrondissements du centre pour habiter dans les arrondissements plus excentrés ou dans les communes avoisinantes, les quartiers populaires se vident et leurs habitants sont repoussés, toujours plus loin, de l’autre côté du périphérique. Les étudiants ont de plus en plus de difficultés à se loger et sont obligés d’avoir un travail, ou parfois plusieurs, pour pouvoir se loger à Lyon. Cette hausse n’est pas une nouveauté, le phénomène est croissant et a lieu dans la plupart des villes importantes de France.

Il existe pourtant une solution : l’encadrement des loyers. Mis en place en 2017 par un décret officiel puis dans la loi Elan applicable en juillet 2019, c’est un dispositif qui permet de définir un plafond de loyers dans des zones tendues. Seules deux villes ont, pour l’instant, mises en place ce dispositif : Paris et Lille. La métropole de Toulouse a, après avoir examiné le dispositif, refusé de le mettre en place[2]. En effet, il faut observer quatre critères : l’écart entre le parc locatif privé et social, que la ville ait un loyer médian élevé, un faible taux de logements construites dans les cinq ans et que des constructions soient programmées.

 A Lyon, l’exécutif, qu’il soit municipal ou métropolitain, se refuse à aborder cette question. Les loyers sont pourtant bien plus élevés que dans la plupart des grandes villes françaises, à l’exception de Paris. Ce ne sont pas les constructions récentes programmées qui changeront la tendance. Au lieu de se lancer dans un réel projet de construction de logements sociaux ou de favoriser les formes alternatives, comme l’habitat partagé, la volonté actuelle est de construire, partout où c’est possible. Seule l’attractivité compte. Dans un quartier comme celui de Route de Vienne, les logements neufs se vendent à plus de 6000€ le mètre carré. L’encadrement des loyers est une solution pour permettre à toutes et tous de vivre dans la dignité. C’est une solution qui permet de conserver la mixité sociale des quartiers populaires et d’éviter d’avoir des quartiers de Lyon qui se vident de ses habitantes et habitants.

 

[1] https://edito.seloger.com/actualites/barometre-lpi-seloger/en-5-ans-le-prix-immobilier-lyon-s-est-envole-de-26-article-33783.html

[2] https://www.ladepeche.fr/2019/12/19/la-metropole-a-tranche-lencadrement-des-loyers-a-toulouse-cest-non,8615461.php