49.3 : le désaccord de Lyon en Commun

Faisons du 15 mars notre 49.3 citoyen !

 

Le gouvernement a choisi d’autoriser l’utilisation du 49.3 lors du Conseil des ministres chargé de contenir l’épidémie de coronavirus. C’est un déni de démocratie qui vise à faire adopter à la va-vite et sans vote sa réforme des retraites.

 

Les candidat.es de la liste Lyon en commun (Ville et Métropole) dénoncent ce coup de force inacceptable. Ils sont solidaires du mouvement social qui s’oppose depuis plusieurs semaines à cette réforme dont l’objectif est la diminution des pensions pour la majorité des salarié.es, particulièrement pour les précaires et les femmes qui, pour l’immense majorité, n’ont pas de carrière complète.

 

A travers cette lutte courageuse, créative et déterminée se joue la place des seniors dans notre société et aussi l'avenir des nouvelles générations.

 

Voulons-nous une pension de survie pour la majorité des travailleurs pauvres ou un vrai droit à la retraite pour tous et toutes qui permette de vivre et de créer de la solidarité ? Voulons-nous que l’âge de la retraite vienne au moment où les travailleurs sont usés ou qu’ils aient un droit à une retraite créative, vivante après avoir cotisé pendant 42 ans ?

 

Non les retraité-e-s, ne sont pas une charge mais une richesse pour la société ! Ce sont eux qui animent bon nombre d’associations, qui aident enfants et petits-enfants et qui s’occupent de leurs parents très âgés. Cette lutte pour une vraie retraite est aussi un combat pour un avenir digne pour leurs enfants et petits-enfants.

 

Les candidat.es de la liste Lyon en commun expriment leur solidarité avec ce mouvement social qui veut préserver une société de solidarité dans l’esprit de ceux du Conseil National de la Résistance. Ils s’opposent à ce projet de régression sociale imposé brutalement sans aucune réelle concertation, en ignorant les organisations syndicales.

 

Dans les jours et semaines qui viennent, ils seront aux côtés de celles et ceux qui exigeront le retrait de cette réforme régressive de la part d’un gouvernement qui se discrédite de jours en jours.

 

A la veille des élections municipales et métropolitaines, nous avons hâte de voir comment se positionneront sur ce sujet les autres candidats à ces élections, en particulier ceux qui, jusqu’à aujourd’hui, ont fait allégeance à ce gouvernement…

Nous demandons aux électrices et électeurs de le prendre en compte lorsqu’ils se prononceront le 15 mars prochain aux élections municipales et métropolitaines.

 

Faisons du 15 mars notre 49.3 citoyen !